Au coeur des Réseaux Sociaux : Influence, Désinformation et Risque Sociétal

Au coeur des Réseaux Sociaux : Influence, Désinformation et Risque Sociétal

 

https://doi.org/10.5281/zenodo.8058873

 

Les réseaux sociaux ont révolutionné notre façon de communiquer, de nous informer et de partager des moments de notre vie quotidienne. Facebook, Twitter, Instagram, TikTok, pour ne citer que les plus célèbres, sont devenus une partie intégrante de notre vie quotidienne. Nous utilisons ces plateformes pour rester en contact avec nos amis et notre famille, pour partager nos expériences, pour s’informer et pour exprimer nos opinions. Mais au-delà de ces utilisations personnelles et souvent superficielles, les réseaux sociaux jouent un rôle beaucoup plus complexe et parfois troublant dans notre société.

Les questions qui se posent alors sont :

  • Quel est l’impact des réseaux sociaux sur le risque sécuritaire sociétal ?
  • Comment ces outils, initialement conçus pour faciliter la communication et le partage d’informations, peuvent-ils influencer, voire déstabiliser notre société ?

Au travers de cet article, nous allons tenter de répondre à cette problématique en analysant les différents aspects de l’interaction entre les réseaux sociaux et la sécurité de notre société. Nous nous intéresserons à leur impact en termes d’influence d’opinion, à leur rôle comme outil d’influence, à leur place dans le contexte géopolitique, aux risques liés au Deepfake, à leur lien avec la radicalisation et à leur utilisation comme outil de veille sécuritaire.

 

L’influence significative des réseaux sociaux

 

Le rôle des réseaux sociaux dans la manipulation de l’information

 

Les réseaux sociaux ont un rôle clé dans la manipulation de l’information, intentionnelle ou non (Colon, 2019). Avec des milliards d’utilisateurs, ces plateformes sont un terrain fertile pour la diffusion d’informations erronées, biaisées ou malveillantes (Balagué & Fayon, 2022).

L’exemple des différentes affaires de violences policières aux États-Unis, notamment celles qui ont touché la communauté afro-américaine (Georges Floyd, Tyre Nichols), illustre cette réalité. Les vidéos et les témoignages partagés sur les réseaux sociaux ont souvent joué un rôle décisif dans la médiatisation de ces événements. Mais parfois, ils peuvent aussi contribuer à véhiculer des informations non vérifiées, voire fausses, amplifiant la confusion et l’indignation.

 

La vitesse et l’amplitude territoriale de la propagation de l’information

 

Un autre aspect significatif de l’influence des réseaux sociaux réside dans la vitesse et l’amplitude territoriale de la propagation de l’information (Jain et al., 2021), comme il en a été récemment le cas pour l’affaire d’Annecy. Les réseaux sociaux ont rendu la diffusion d’information quasi immédiate et mondiale en s’aidant de format de diffusion toujours plus innovant .

Prenons l’exemple de l’écho des violences policières aux États-Unis en France. Grâce aux réseaux sociaux, les événements survenus à des milliers de kilomètres ont eu un impact direct sur l’opinion publique française, engendrant des manifestations de soutien et alimentant le débat sur le racisme et les violences policières dans le pays. Ces événements ont été repris par les groupes défendant les droits des personnes noires en France, créant un phénomène de solidarité transnationale engendrant par la même occasion un sentiment d’insécurité du à ces manifestations.

Il est donc crucial de comprendre l’influence de ces plateformes et leur rôle dans la construction de l’opinion publique, tant au niveau local qu’international.

 

Les réseaux sociaux comme outils d’influence

Influence politique et manipulation de l’information

Dans un monde de plus en plus numérisé, les réseaux sociaux sont devenus de formidables outils d’influence (Dang Nguyen & Lethiais, 2016). Par exemple, dans le monde politique. Ils offrent aux dirigeants politiques et aux partis la possibilité d’interagir directement avec leurs électeurs, de contourner les médias traditionnels et de contrôler leur message en ciblant un public souvent jeune.

Cependant, ce pouvoir  (Fujiwara et al., 2022) peut être utilisé de manière malveillante pour manipuler l’information. Les exemples de campagnes de désinformation sur des plateformes comme Twitter ou Facebook ne manquent pas, qu’il s’agisse de rumeurs infondées, de faux comptes ou de trolls politiques.

Il est important de noter que ce phénomène se propage dans le monde entier. Il ne se limite pas aux États-Unis. En France, comme ailleurs, les politiciens utilisent de plus en plus ces plateformes pour communiquer et influencer l’opinion publique.

La proximité avec la jeune génération

 

Les réseaux sociaux sont aussi un moyen efficace de toucher la jeune génération. Les jeunes sont de grands utilisateurs de ces plateformes et leur permettent d’interagir facilement avec le monde qui les entoure.

Connaissant en sachant cette réalité les politiciens et autres figures d’influence utilisent les réseaux sociaux pour atteindre et engager ce public. Ils adaptent leur message, leur ton et leur contenu pour se connecter avec ces utilisateurs. C’est un moyen pour eux de se rendre plus accessibles et d’apparaître plus “humains” aux yeux des jeunes.

Cependant, cette proximité peut aussi présenter des risques. Les jeunes sont une cible privilégiée pour la désinformation et la manipulation .Ils doivent donc être formés à décrypter les informations et à faire preuve de discernement en ligne comme le propose la litteratie informationnelle

 

L’impact géopolitique des réseaux sociaux

 

Les guerres informationnelles des États

 

Dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, les États ont commencé à utiliser les réseaux sociaux comme champ de bataille pour ce qu’on appelle les “guerres informationnelles

Ces batailles ne sont pas livrées avec des armes traditionnelles, mais avec des informations – vraies ou fausses – diffusées à travers les plateformes de réseaux sociaux. Elles visent à influencer l’opinion publique, à déstabiliser les adversaires politiques et à promouvoir les intérêts nationaux. Par exemple, les allégations d’ingérence électorale via les réseaux sociaux sont devenues courantes, avec des accusations de campagnes de désinformation orchestrées visant à influencer les résultats des élections.

 

Le cas de TikTok : doute et espionnage

 

Le cas de TikTok, l’application de partage de vidéos courtes qui a connu une croissance explosive, est un exemple parfait de la manière dont les réseaux sociaux sont devenus un enjeu géopolitique. Les craintes se sont multipliées concernant l’utilisation possible de TikTok par le gouvernement chinois pour espionner les utilisateurs à l’étranger, ce qui a conduit à son interdiction dans plusieurs pays et à l’ouverture d’une enquête en France. Cela illustre comment les réseaux sociaux peuvent non seulement être utilisés pour diffuser des informations, mais aussi pour collecter des informations, créant ainsi un nouveau champ de bataille dans l’espace numérique.

Émergence et risques associés au phénomène du Deepfake

 

Définition et exemples de Deepfake

 

 

Le Deepfake est une technique d’intelligence artificielle qui consiste à créer des vidéos hyper-réalistes de personnes disant ou faisant des choses qu’elles n’ont jamais dites ou faites. Cette technologie utilise le machine learning et les réseaux neuronaux pour superposer des images et des voix, créant ainsi de faux contenus vidéo. Un exemple notable de Deepfake a été la vidéo virale de l’ancien président américain Barack Obama, créée par le comédien Jordan Peele, où Obama semble dire des choses qu’il n’a jamais dites.

Impact et risques potentiels

 

Les Deepfakes représentent une menace importante pour la sécurité sociétale. D’une part, ils peuvent être utilisés pour diffuser de fausses informations et influencer l’opinion publique, comme cela a été démontré lors des élections américaines de 2016. D’autre part, ils peuvent aussi être utilisés pour créer des scandales inexistants, nuisant à la réputation et à la vie privée des individus. La rapidité avec laquelle ces vidéos peuvent être partagées et propagées sur les réseaux sociaux intensifie leur impact potentiel. Ainsi, les Deepfakes représentent un défi de taille pour les législateurs, les plateformes de médias sociaux et la société dans son ensemble, nécessitant une vigilance et une régulation accrues.

Le lien entre réseaux sociaux et radicalisation

 

Influence et radicalisation des jeunes

 

L’influence des réseaux sociaux ne s’arrête pas à la politique ou à la désinformation, elle touche également à des sujets aussi sensibles que la radicalisation des jeunes. Les plateformes en ligne sont devenues un terrain fertile pour la propagation de discours extrémistes, en raison de leur accessibilité et de la possibilité de contacter directement les individus. Des organisations extrémistes ont utilisé ces plateformes pour diffuser leurs idéologies, souvent en s’adressant à des jeunes vulnérables et en exploitant leur sentiment d’exclusion ou leur recherche d’identité(Lollia, 2021).

 

Le rôle de la famille et d’Internet dans la radicalisation

 

Cependant, il est crucial de noter que, bien que les réseaux sociaux jouent un rôle secondaire dans la radicalisation et ils ne sont généralement pas le seul facteur. Les recherches (Lollia, 2021) montrent que la radicalisation est un processus complexe qui implique souvent plusieurs facteurs. La famille, par exemple, joue un rôle clé dans la formation des valeurs et des croyances d’un individu. De plus, Internet dans son ensemble, et pas seulement les réseaux sociaux, offre un espace pour l’exposition à des idées extrémistes mais il n’en est pas le facteur primaire. La famille  Il est donc important de prendre en compte ces différents facteurs lorsqu’on cherche à comprendre et à prévenir la radicalisation.

 

Les réseaux sociaux comme outil de veille

 

Les avantages de la veille sur les réseaux sociaux

 

Malgré les risques associés aux réseaux sociaux, il ne faut pas oublier qu’ils peuvent également servir d’outils précieux pour la veille. En effet, grâce à la grande quantité d’informations partagées et échangées en temps réel, les réseaux sociaux offrent la possibilité d’identifier rapidement les tendances émergentes, les menaces potentielles ou les situations d’urgence. De plus, en utilisant des outils d’analyse de données sophistiqués, il est possible de filtrer et de trier ces informations pour déceler les signaux faibles qui pourraient indiquer un risque sécuritaire à venir.

La proactivité face aux risques sécuritaires

 

Les réseaux sociaux, s’ils sont utilisés correctement, peuvent permettre aux individus et aux organisations d’être plus proactifs face aux risques sécuritaires. Plutôt que de réagir à une situation une fois qu’elle est survenue, la veille sur les réseaux sociaux peut aider à anticiper et à préparer les réponses à différentes situations. Cela peut aller de la gestion des crises, comme les attaques terroristes ou les catastrophes naturelles, à la prévention de la propagation de fausses informations ou de discours de haine. Cependant, cette proactivité nécessite une compréhension approfondie de la dynamique des réseaux sociaux et une capacité à analyser et à interpréter les données de manière critique.

 

En synthèse

 

Au terme de notre analyse, il apparait que les réseaux sociaux, bien au-delà de leur utilisation première, ont une influence significative sur les risques de sécurité sociétale. Ils ne sont pas simplement des plateformes d’échange et de partage d’information ; ils sont des lieux d’influence, de désinformation et de propagation effrénée de données non filtrées.

Leur capacité à amplifier certains récits et à en supprimer d’autres peut être manipulée pour façonner l’opinion publique, influencer le sentiment politique et même inciter à la violence. La nature globale et instantanée de ces réseaux signifie que cette influence ne se limite pas aux frontières nationales, une réalité qui a été trop apparente lors de récentes luttes géopolitiques et événements controversés.

De plus, le risque des deepfakes et l’utilisation de ces plateformes à des fins de radicalisation présentent des défis supplémentaires auxquels les sociétés et les États doivent faire face. D’un autre côté, nous ne pouvons pas ignorer les opportunités que ces plateformes offrent en termes de collecte d’informations et de possibilités d’action proactive contre les risques de sécurité.

En somme, le risque de sécurité sociétale posé par les réseaux sociaux est complexe, multifacette et dynamique. Il nécessite une recherche continue, une régulation prudente et surtout, une compréhension globale et une conscience critique de la part de tous les utilisateurs. Alors que nous naviguons dans cette ère numériquement connectée, nous devons nous rappeler de regarder au-delà de la surface de nos fils d’actualité sur les médias sociaux et toujours remettre en question l’information que nous consommons.

Ainsi, la tâche essentielle qui attend les États, les institutions et les individus est de maximiser les avantages potentiels de ces plateformes, tout en minimisant leur impact néfaste, en maintenant un équilibre délicat et crucial entre la sécurité, la vie privée et la liberté d’expression.

 

Référence

 

  • Balagué, C., & Fayon, D. (2022). Outil 47. La lutte contre la désinformation en ligne et les fake news. In Pro en Réseaux sociaux (p. 176‑177). Vuibert; Cairn.info. https://www.cairn.info/pro-en-reseaux-sociaux–9782311624687-p-176.htm
  • Colon, D. (2019). Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain : La manipulation de masse dans le monde contemporain. (Editions Belin, p.368, 2019, Histoire.). ⟨hal-03202166⟩
  • Dang Nguyen, G., & Lethiais, V. (2016). Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité. Le cas de Facebook. Réseaux, 195(1), 165‑195. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/res.195.0165
  • Fujiwara, T., Muller, K., & Schwarz, C. (2022). The Effect of Social Media on Elections : Evidence from the United States. https://www.princeton.edu/~fujiwara/papers/SocialMediaAndElections.pdf
  • Jain, A. K., Sahoo, S. R., & Kaubiyal, J. (2021). Online social networks security and privacy : Comprehensive review and analysis. Complex & Intelligent Systems, 7(5), 2157‑2177. https://doi.org/10.1007/s40747-021-00409-7
  • Lollia, F. (2021). Le terrorisme à l’ère numérique. Cahier de la sécurité et de la justice, 53, 109‑118.

Pour citer cet article

Référence électronique : “Au coeur des Réseaux Sociaux : Influence, Désinformation et Risque Sociétal“ , Blog Scientifique | 2023, publié le 20 juin 2023,
URL : https://fabrice-lollia.com/blog-scientifique/securite-publique/au-coeur-des-reseaux-sociaux-influence-desinformation-et-risque/.

To cite this post

Electronic reference: “Au coeur des Réseaux Sociaux : Influence, Désinformation et Risque Sociétal“ , Scientific Blog | 2023, published on mai 24, 2024,
URL : https://fabrice-lollia.com/blog-scientifique/securite-publique/au-coeur-des-reseaux-sociaux-influence-desinformation-et-risque/.

Auteur

Auteur : Fabrice Lollia, affilié au Laboratoire DICEN Ile-de-France, est un chercheur aguerri avec plus de 20 ans d’expérience en sécurité globale. Alliant expertise opérationnelle, stratégique et académique, ses recherches s’articulent autour de l’interaction entre sécurité et nouvelles technologies.

Author

Author : Fabrice Lollia, affiliated with the DICEN Ile-de-France Laboratory, is an experienced researcher with over 20 years of experience in global security. Combining operational, strategic, and academic expertise, his research revolves around the interaction between security and new technologies.

Droits d’auteurs


Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International
CC BY-NC-ND 4.0 – https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Copyright


Creative Commons – Attribution – Non-Commercial Use – No Modification 4.0 International
CC BY-NC-ND 4.0 – https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/